Parc Naturel Régional Oise Pays de France
 

Les sites des Trois Forêts et du bois du Roi

Enjeux

Ce vaste complexe forestier de la couronne verte parisienne qui réunit les forêts d'Halatte, de Chantilly et d'Ermenonville, est connu sous le nom de « massif des trois forêts ». Il est concerné par 2 sites Natura 2000 :

- La Zone de Protection Spéciale (ZPS) « Forêts picardes : massif des 3 forêts et bois du Roi » ;

- La Zone Spéciale de Conservation (ZSC) « Massifs forestiers d’Halatte, de Chantilly et d’Ermenonville ».

Le site présente une diversité exceptionnelle d'habitats forestiers, intraforestiers et périforestiers. Les forêts qui couvrent près de 95 % des deux sites Natura 2000, sont typiques des potentialités subatlantiques méridionales du nord et du centre du bassin parisien et sont structurées par deux affleurements majeurs : le calcaire lutétien, parfois saupoudré de dépôts sableux éoliens (forêt de Chantilly), l'autre acide correspondant aux sables auversiens (forêt d’Ermenonville).
Les milieux ouverts sont localisés en bordure de Thève. A l’aval on y trouve un grand nombre de prairies humides et de mégaphorbiaies formant un maillage de fort intérêt et de grande fragilité.

En termes d’espèces de la directive Habitat, la ZSC abrite 12 espèces de la directive : une libellule, un coléoptère, deux chauves-souris, un amphibien, trois poissons, deux escargots, un papillon de nuit et une mousse. Parmi ces espèces, trois espèces sont inféodées aux milieux forestiers (Lucane cerf-volant, Vespertilion de Bechstein, Dicrane vert) et sept aux milieux aquatiques (Agrion de Mercure, Triton crêté, Vertigo de Des moulins, Vertigo étroit, Bouvière, Chabot et Loche de rivière).
L’Agrion de Mercure espèce emblématique de la Vallée de la Thève présente de belles populations (l’une des plus importantes du nord de la France). Il est d’un enjeu prioritaire sur le site.

agrion de mercure








Agrion de Mercure (Y. DUBOIS)

De plus, environ la moitié de la surface de la ZSC se composent d’habitats d’intérêt communautaire, soit un total de 19 habitats. La hêtraie-chênaie à Jacinthe des bois est l’habitat d’intérêt communautaire le plus représenté. 

hêtraie à jacinthe du Mont Alta  













Hêtraie à Jacinthe du Mont Alta (C. GALET)

Au sein de ces massifs forestiers on retrouve trois habitats ouverts d’intérêt communautaire : la lande humide atlantique septentrionale à Bruyère à quatre angles, la lande nord-atlantique sèche à subsèche et la Junipéraie secondaire planitiaire à montagnarde à Genévrier commun. Associées à ces habitats on rencontre les pelouses ouvertes pionnières des dunes sableuses intérieures dont l’intérêt patrimonial est fort. Ce milieu est fragile car il n’occupe que des surfaces uniquement fragmentaires et faibles.

landes nord atlantiques sèches à subsèches
















Landes nord-atlantiques sèches à subsèches et pelouses ouvertes pionnières des dunes sableuses intérieures (C. GALET)

Le dernier habitat ouvert que l’on retrouve en milieu forestier est la pelouse calcicole méso-xérophile subatlantique situé au mont Calipet.

Le site se compose d’un grand nombre d’autres habitats ouverts, qui occupent de faibles surfaces et sont souvent dégradés. Ces habitats sont principalement prairiaux. Les prairies de fauche sont les habitats qui occupent la plus grande surface. Elles se composent de prairies fauchées collinéennes à submontagnardes, mésohygrophiles, de prairies fauchées collinéennes à submontagnardes, mésophiles, mésotrophiques et de prairies fauchées collinéennes à submontagnardes eutrophiques.
Les prairies à Molinia et les formations herbeuses à Nardus composent aussi l’espace prairial. L’ensemble de ces espaces est principalement dans un mauvais état de conservation du fait de sa faible superficie et de la fragmentation des milieux. Les risques principaux de dégradations sont les changements de pratique (abandon, pâturage, retournement de prairie…).

La ZPS compte 10 espèces de la directive Oiseaux. Sur ces dix espèces, la moitié semble bien présente (Bondrée apivore, Engoulevent d’Europe, Pics noir et mar et Martin-pêcheur d’Europe) et le site a une responsabilité particulière pour deux espèces de fort intérêt (Engoulevent d’Europe et Pic mar). L’Engoulevent d’Europe est inféodé aux secteurs de landes sèches du territoire Natura 2000. Sa population semble relativement stable, néanmoins les populations ont tendance à se concentrer du fait d’une régression importante de son habitat. Ainsi la préservation des secteurs de landes est indispensable à la préservation de cette espèce. Le Pic mar est présent principalement au niveau des vieilles chênaies de l’ensemble des massifs forestiers de la ZPS. Les populations actuelles ne pourront être préservées que si un réseau de boisements mâtures est conservé.

pic mar









Pic mar (T. DAUMAL)

Trois types d’objectifs ont été définis lors des réunions des groupes de travail et du COPIL. Le premier concerne les objectifs transversaux. Ces objectifs s’appliquent à l’ensemble des deux sites Natura 2000. Ils sont complémentaires à l’ensemble des autres objectifs définis sur la zone. Le deuxième concerne les milieux forestiers et associés et enfin le troisième concerne les milieux afférents à la Thève. L’ensemble de ces objectifs sera mis en place par la structure animatrice. Celle-ci aura en charge la mise en oeuvre des actions, leur suivi et l’évaluation de ces actions. Cette mission sera réalisée en partenariat avec les collectivités, les services de l’État, les acteurs et leurs représentants, et les associations du territoire.

Les objectifs transversaux comprennent le suivi de l’évolution de l’état de conservation des habitats et des espèces ainsi que la communication autour des actions mises en place sur le site Natura 2000.

L’objectif forestier principal est la préservation d’un réseau de vieux bois. Plusieurs espèces de la directive (Lucane cerf-volant, Vespertillon de Bechstein, Dicrane vert) sont dépendantes de la présence de ces vieux bois. Aujourd’hui les populations ont tendance à diminuer. L’objectif est donc de maintenir ces vieux bois, îlots de sénescences et bois morts. 
ilot de vieux bois en forêt d'halatte























Ilot de vieux bois en forêt d’Halatte (C. GALET)

L’objectif principal lié aux milieux associés à la forêt est la préservation et la restauration d’un réseau de landes et d’habitats associés fonctionnel. La lande est aujourd’hui en forte régression et très fragmentée au sein du massif forestier d’Ermenonville et du bois du Roi. Cet objectif a donc pour but de reconnecter ces zones afin d’avoir un maillage le plus cohérent possible, permettant la préservation de ce milieu via la constitution d’un réseau viable.
Le troisième objectif est d’obtenir un bon équilibre agro-sylvo-cynégétique. Ce bon équilibre est primordial à une régénération naturelle de la forêt, elle-même favorable à la biodiversité des peuplements forestiers et de leur sous-bois.

lande à callune relictuelle

















Lande à Callune relictuelle en bord de chemin (C. GALET)

Concernant les objectifs de la vallée de la Thève, le premier a pour but de maintenir et d’adapter les pratiques agropastorales sur les végétations prairiales et de landes humides. Les milieux prairiaux du bord de la Thève sont des milieux très fragiles et liés à des activités séculaires. Une modification de ces pratiques, leur intensification ou
leur abandon s’avère très préjudiciable pour la qualité du milieu biologique mais aussi pour la qualité du fourrage.
Cet objectif est complété par celui qui est de reconquérir les parcelles abandonnées.

prairie de fauche en vallée de la thève













Prairie de fauche en vallée de la Thève (C. GALET)

Le deuxième objectif est d’entretenir et de restaurer le réseau hydrographique. La bonne conservation de ce réseau est indispensable à la préservation des milieux humides, des prairies humides et de la biodiversité associée (Agrion de Mercure).

cours de la thève













Cours de la Thève (C. GALET)

L’ensemble de ces objectifs a pour but de répondre aux objectifs de préservation du patrimoine naturel des directives Habitat et Oiseaux mais aussi d’apporter des moyens aux gestionnaires pour optimiser leur pratique dans un intérêt économique.